Download E-books De ma terre à la Terre PDF

By Isabelle Francq, Sebastião Salgado

Le témoignage exclusif de Sebastião Salgado, l'un des plus grands photographes actuels, sur ses engagements en faveur d'une planète préservée.

Les photographies de Sebastião Salgado ont fait le travel du globe. Ses photos en noir et blanc, ses pictures d'anonymes, notamment de travailleurs ou de réfugiés, et plus récemment son projet consacré aux endroits préservés de l. a. planète sont connus pour l. a. beauté de leurs lumières, leur strength et los angeles dignité des êtres qui s'y exprime.

Remontant le cours de ses reportages (" los angeles major de l'homme ", " Exodes ", " Genesis ") et de son histoire, du Brésil à Paris – où Lélia Wanick Salgado, son épouse, et lui ont fondé l'agence Amazonas photos –, il nous confie son amour de l. a. photographie et nous promène à travers le monde qu'il ne cesse de sillonner, pour aller voir, comprendre et témoigner.

" Sebastião Salgado nous livre un portrait de notre monde qui parle de l. a. voix l. a. plus infrequent qui soit, cette voix qui nous dit des choses que nous ne voulons pas savoir, [...] mais qui, lorsqu'on nous les dit, s'imposent instantanément comme vraie. "
Salman RUSHDIE
(préface au catalogue de l'exposition " Territoires et vies " à l. a. BNF)

Show description

Read or Download De ma terre à la Terre PDF

Similar Autobiography books

This Child Will Be Great: Memoir of a Remarkable Life by Africa's First Woman President

In January 2006, after the Republic of Liberia have been racked through fourteen years of brutal civil clash, Ellen Johnson Sirleaf—Africa's "Iron Lady"—was sworn in as president, an occasion that marked a major turning aspect within the historical past of the West African country. during this stirring memoir, Sirleaf stocks the tale of her upward push to strength, together with her early adolescence; her studies with abuse, imprisonment, and exile; and her struggle for democracy and social justice.

Slow Getting Up: A Story of NFL Survival from the Bottom of the Pile

Nate Jackson’s sluggish Getting Up is an unvarnished and uncensored memoir of daily life within the most well-liked activities league in America—and the main harmful to its players—the nationwide soccer League. After taking part in collage ball at a tiny department III college, Jackson, a receiver, signed as a unfastened agent with the San Francisco 49ers, ahead of relocating to the Denver Broncos.

Who I Am: A Memoir

From the voice of a generation:. .. smashed his first guitar onstage, in 1964, unintentionally. .. .heard the voice of God on a vibrating mattress in rural Illinois. .. .invented the Marshall stack, suggestions, and the concept that album. .. .stole his windmill guitar-playing from Keith Richards. .. .detached from his physique in an plane, on LSD, and approximately died.

Autobiographical Writings (Penguin Classics)

An intimate examine Mark Twain that basically he himself may possibly provide, edited by means of hugely revered Twain pupil R. Kent RasmussenA must-have for all fans of Mark Twain, this option of his autobiographical writings opens an extraordinary window onto the writer’s lifestyles, rather his early years. Born on November 30, 1835, in Florida, Missouri, Samuel Langhorne Clemens first used the pseudonym Mark Twain whereas a journalist in Nevada in 1863.

Additional info for De ma terre à la Terre

Show sample text content

J’ai découvert le mysticisme du Sertão, le Nordeste du Brésil, avec les hommes habillés de cuir, au travers de leurs luttes pour survivre sur des terres horriblement arides. J’ai aussi parcouru l. a. Sierra Madre, cette chaîne de montagnes mexicaines qui se perd dans l. a. brume… Ce travail a duré sept ans, je dis parfois qu’il a duré sept siècles : il m’a permis de voyager à travers des cultures où le temps se déroule au rythme du passé. Pour approcher ces différentes populations indiennes, plusieurs mois ont chaque fois été nécessaires. Pour monter mon projet, préparer mes reportages et prendre touch avec des organismes qui me mettaient en relation avec les autochtones. Ensuite, il fallait parvenir à rejoindre ces communautés. Après l’avion, je prenais l’autobus comme les Indiens. Pour finir, je n’avais plus qu’à marcher à pied. Il me fallait chaque fois plusieurs jours pour trouver tel ou tel groupe dans les montagnes. Arrivé sur position, je devais prendre le temps de me faire accepter, même si j’avais obtenu au préalable des autorisations. Ces Indiens, des gens de grande tradition, ont été en huge half massacrés par notre civilisation occidentale. Ils sont toujours méfiants. Il faut longuement discuter, puis vivre avec eux, si l’on veut ensuite les photographier. Je partais de chez moi pendant de longs mois, ma femme me manquait énormément. Je pensais souvent à elle et puis à Juliano, notre fils, qui était tout petit. Combien de fois ai-je pleuré dans un coin ! En même temps, je ressentais un plaisir fou à aller chercher ces images. Et puis je ne pouvais pas partir aussi loin, faire un voyage aussi coûteux et rester seulement quelques jours sur position. J’ai reçu beaucoup de leçons dans ces hautes montagnes. J’y ai ecu très froid, ça caille tellement los angeles nuit – il a fallu des années avant que je ne m’achète un vrai bon sac de couchage ! –, mais j’ai vu tant de beauté, j’ai découvert tant de richesses culturelles et spirituelles que je ne regrette rien. Les photos rapportées de là-bas, je ne les ai pas réussies tout seul. Il a fallu que les populations me les autorisent, me les offrent. Celles-ci l’ont fait parce que j’ai pris le temps de vivre avec elles. Le fait d’être venu seul a aussi été essentiel. L’être humain est un animal grégaire, alors quand il débarque seul quelque half, il se fait vite assimiler par ceux qui sont sur position. Quand j’avais froid, quand j’avais faim, quand ma famille me manquait, je le disais à mes hôtes. Je leur parlais de mon petit garçon qui grandissait loin de moi. Bref, j’ai partagé avec eux l’essentiel, tout comme ils ont partagé ces photographs avec moi. Ces pictures, ils me les ont données et je les ai reçues. Elles sont chargées d’un véritable pouvoir pour moi. Quand je les regarde, elles évoquent mon isolement additionné au réconfort que m’ont apporté ces Indiens. Et quand je les ai montrées, elles ont quelques fois transmis cette puissance. Celle de los angeles vie de ces gens et du temps que nous avons crossé ensemble. À mon retour, ce travail qui n’intéressait a priori personne a reçu un prix de los angeles Ville de Paris pour éditer un livre.

Rated 4.45 of 5 – based on 48 votes

admin